Aller au contenu principal

Introduction

La Backbone One introduit une poignée de fonctionnalités intéressantes sur le marché du jeu vidéo mobile. On compte entre autres : un port Lightning passthrough, une prise jack (nouveauté !) et des commandes spéciales, comme enregistrement de session de jeu et coupure de son instantanée. Cette manette pour iPhone est-elle aussi réparable que tactile ? Regardons-y de plus près !

Pour rester au fait de nos vues éclatées et des news de la réparation, suivez-nous sur Instagram,  Twitter et Facebook. Si vous souhaitez recevoir les pépites iFixit directement dans votre boîte mail, inscrivez-vous à notre newsletter.

Cette vue éclatée n'est pas un tutoriel de réparation. Pour réparer votre Backbone One, utilisez notre manuel de réparation.

  1. Cette manette Joy-Con-esque ressemble certes à n'importe quelle autre manette gaming mobile, mais seulement sur le papier. Elle réserve quelques surprises. Commençons par en énoncer une partie : Croix directionnelle et joysticks à gauche. Boutons A-B-X-Y et joysticks à droite. Bumpers et gâchettes de chaque côté. Port Lightning passthrough pour charger et se connecter aux accessoires.
    • Cette manette Joy-Con-esque ressemble certes à n'importe quelle autre manette gaming mobile, mais seulement sur le papier. Elle réserve quelques surprises. Commençons par en énoncer une partie :

    • Croix directionnelle et joysticks à gauche. Boutons A-B-X-Y et joysticks à droite. Bumpers et gâchettes de chaque côté.

    • Port Lightning passthrough pour charger et se connecter aux accessoires.

    • Prise jack de 3,5 mm. Une agréable surprise ! Les iPhone l'avaient larguée en 2016 et elle avait disparu de la circulation (enfin presque). On lui souhaite la bienvenue !

    • Des boutons spéciaux pour couper le son instantanément, lancer l'application Backbone et enregistrer une session de jeu.

    • Quelques absents intéressants : Bluetooth et batterie interne. La Backbone One se connecte à votre iPhone – et s'y alimente – directement.

    • Impossible de dire si le manque de batterie et de Bluetooth est une plus-value. Par contre, cela va réduire le nombre de trucs qui risquent de tomber en panne.

  2. La Backbone One se ferme moins nettement et moins intégralement que la massive Razer Kishi. Cependant, sa forme svelte est sympa quand on la déploie en mode jeu. Si la coque de votre téléphone prend beaucoup de place, il vous faudra peut-être l'enlever pour pouvoir le loger dans la Backbone One. C'est ce qui fait de vous un vrai gamer, n'est-ce pas ? Comme beaucoup de gens n'ont pas de troisième bras, faites attention en branchant et débranchant votre téléphone du port Lightning intégré pour éviter de l'endommager accidentellement.
    • La Backbone One se ferme moins nettement et moins intégralement que la massive Razer Kishi. Cependant, sa forme svelte est sympa quand on la déploie en mode jeu.

    • Si la coque de votre téléphone prend beaucoup de place, il vous faudra peut-être l'enlever pour pouvoir le loger dans la Backbone One. C'est ce qui fait de vous un vrai gamer, n'est-ce pas ?

    • Comme beaucoup de gens n'ont pas de troisième bras, faites attention en branchant et débranchant votre téléphone du port Lightning intégré pour éviter de l'endommager accidentellement.

  3. Assez parlé, que la partie commence ! Nous démarrons les chapeaux sur les roues grâce aux vis cruciformes externes sur la poignée droite. Nous profitons de l'occasion pour féliciter Backbone d'avoir le cran de ne pas enduire ce truc de colle.  Hourra ! Sous la coque en plastique, quelques câbles colorés – notre premier coup d'œil à l'intérieur du Backbone One.
    • Assez parlé, que la partie commence !

    • Nous démarrons les chapeaux sur les roues grâce aux vis cruciformes externes sur la poignée droite. Nous profitons de l'occasion pour féliciter Backbone d'avoir le cran de ne pas enduire ce truc de colle. Hourra !

    • Sous la coque en plastique, quelques câbles colorés – notre premier coup d'œil à l'intérieur du Backbone One.

    • Nous détachons la nappe d'interconnexion de sa prise ZIF, puis les deux câbles du connecteur Lightning de leur prise sur la carte mère.

    • Quelques vis cruciformes plus tard, nous extrayons le bumper, la gâchette et notre première carte.

  4. Voyons un peu ce que la carte mère apporte au jeu : Le joystick – soudé à la carte (ce n'est pas bon signe quand on pense à un certain épisode Nintendo de l'année dernière) Six contacts cliquables (dôme tactile) pour les boutons A-B-X-Y + le bouton orange appli Backbone + le bouton option
    • Voyons un peu ce que la carte mère apporte au jeu :

    • Le joystick – soudé à la carte (ce n'est pas bon signe quand on pense à un certain épisode Nintendo de l'année dernière)

    • Six contacts cliquables (dôme tactile) pour les boutons A-B-X-Y + le bouton orange appli Backbone + le bouton option

    • Skyworks SKY52101-11 IoT SoC (probablement)

    • Système sur une puce (SoC) analogue Avnera AV3425C pour les casques intelligents Lightning

    • Un bouton bumper soudé

    • Un capteur à effet Hall (Texas Instruments DRV5053) soudé pour la gâchette

    • Un port Lightning soudé pour charger votre téléphone et transmettre le son à votre casque.

  5. Nous trouvons un agencement similaire du côté gauche – jusqu'aux vis cruciformes et au connecteur ZIF. Mais quelque chose nous empêche temporairement d'enlever la gâchette. Il s'avère qu'elle est fixée par une vis bien cachée. Vous voyez l'angle formé par ce tournevis ? Il a l'air anormal parce que ce n'est pas comme cela qu'une vis est censée s'utiliser. Nous sommes cependant légèrement surpris de voir qu'elle tourne et que la gâchette tombe sur la table sans autre forme de procès.
    • Nous trouvons un agencement similaire du côté gauche – jusqu'aux vis cruciformes et au connecteur ZIF.

    • Mais quelque chose nous empêche temporairement d'enlever la gâchette. Il s'avère qu'elle est fixée par une vis bien cachée.

    • Vous voyez l'angle formé par ce tournevis ? Il a l'air anormal parce que ce n'est pas comme cela qu'une vis est censée s'utiliser. Nous sommes cependant légèrement surpris de voir qu'elle tourne et que la gâchette tombe sur la table sans autre forme de procès.

  6. Voyons un peu maintenant la garniture de la carte de gauche : Un autre joystick soudé  (comme sur la Razer Kishi) Quatre contacts dorés pour la croix directionnelle et quatre trous pour fixer son revêtement en silicone
    • Voyons un peu maintenant la garniture de la carte de gauche :

    • Un autre joystick soudé (comme sur la Razer Kishi)

    • Quatre contacts dorés pour la croix directionnelle et quatre trous pour fixer son revêtement en silicone

    • Deux contacts argentés cliquables (dôme tactile) pour les boutons capture d'écran/enregistrement et option

    • Une prise jack de 3,5 mm soudée

    • Un bouton bumper soudé

    • Un capteur à effet Hall (Texas Instruments DRV5053) soudé pour la gâchette

    • Regardons à présent de plus près la colonne vertébrale (ou backbone en anglais) de notre manette. On la trouve ici, à côté de l'inscription "Backbone".

    • Le mécanisme à coulisse repose sur une paire de ressorts spirales plats qui se déplient quand vous tirez sur les poignées. Ils offrent une compression plus efficace et une meilleure prise que la Razer Kishi qui fait la même chose avec des ressorts hélicoïdaux.

    • On trouve également des ressorts plats (ou ressorts à force constante) dans les ceintures de sécurité et les mètres-ruban rétractables.

  7. Deux vis fixent le port de charge Lightning. Cette pièce à forte usure est donc facile à remplacer en cas de casse. Avec les bons outils, il devrait être possible de bricoler le boîtier, changer le câble et monter un port USB-C, juste légèrement plus large, pour rendre ce machin compatible avec Android. La nappe d'interconnexion se balade dans le boîtier, mais il est impossible de l'enlever sans causer de dégâts irréparables, donc nous la laissons seule pour l'instant.
    • Deux vis fixent le port de charge Lightning. Cette pièce à forte usure est donc facile à remplacer en cas de casse.

    • Avec les bons outils, il devrait être possible de bricoler le boîtier, changer le câble et monter un port USB-C, juste légèrement plus large, pour rendre ce machin compatible avec Android.

    • La nappe d'interconnexion se balade dans le boîtier, mais il est impossible de l'enlever sans causer de dégâts irréparables, donc nous la laissons seule pour l'instant.

    • Nous détachons les ressorts avec notre Minnow Precision Bit Set pour clore notre partie avant le boss final dénouement du démontage.

  8. La partie est finie ! Nous avons battu la Backbone One à plates coutures ! Voyons un peu notre score (de réparabilité) :
    • La partie est finie ! Nous avons battu la Backbone One à plates coutures ! Voyons un peu notre score (de réparabilité) :

  9. Dernières pensées
    • Le démontage nécessite seulement des outils standard et est aisé grâce aux composants fixés par seulement quelques vis.
    • Le connecteur de charge Lightning se remplace facilement en retirant la coque et deux vis.
    • Il n'y a certes pas de colle, mais quelques vis sont inutilement difficiles d'accès.
    • Les gâchettes sont soudées sur leur carte respective. Il faut donc s'y connaître en microsoudure pour les remplacer.
    • Les deux joysticks sont directement soudés aux cartes, de même que le port Lightning passthrough.
    Indice de réparabilité
    5
    Indice de réparabilité de 5 sur 10
    (10 étant le plus facile à réparer)

Merci à ces traducteurs :

en fr

100%

Ces traducteurs nous aident réparer le monde ! Vous voulez contribuer ?
Commencez à traduire ›

Ajouter un commentaire

Afficher les statistiques:

Dernières 24 heures : 6

7 derniers jours : 87

30 derniers jours : 331

Total : 3,945